.: Tim Hales' Revell BAC-Aerospatiele Concorde (Jointly developed by the Brits & the French!)

Brand:
Revell
Scale:
1/144th
Modelling Time:
3 months
PE/Resin Detail:
none
Comments:

"Revell kit wasn't up to normal quality.
Decals from early version."

Concorde (avion)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Concorde.
Concorde
Un Concorde d'Air France au décollage.
Un Concorde d'Air France au décollage.

Rôle Avion de ligne supersonique
Constructeur Drapeau : France Sud-Aviation (Aérospatiale)
Drapeau : Royaume-Uni BAC (British Aerospace)
Équipage 3 navigants techniques et 6 navigants commerciaux
Premier vol 2 mars 1969
Mise en service 21 janvier 1976
Retrait 26 novembre 2003
Dimensions
Longueur 61,66[1] m
Envergure 25,60[1] m
Hauteur 12,19[1] m
Aire alaire 420[1]
Masse et capacité d'emport
Max. à vide 79,3[2] t
Max. au décollage 185,1[2] t
Max. à l’atterrissage 111,1[2] t
Kérosène 119 500[2] L
Passagers 128 sièges, 100 passagers en version commerciale
Fret 4,35[2]
Motorisation
Moteurs 4 turboréacteurs Rolls-Royce/Snecma Olympus 593 Mk.610[3]
Poussée unitaire 169,3[4] kN
Poussée totale 677 kN
Performances
Vitesse de croisière maximale 2 145[4] km/h (Mach 2,02[4])
Vitesse maximale 2 368[4] km/h (Mach 2,23[4])
Autonomie 6 200 km
Altitude de croisière 16 000 à 18 000 m
Vitesse ascensionnelle 25,41 m/s
Charge alaire 440 kg/m²
Rapport poussée/poids 0,373
 Consultez la documentation du modèle

Le Concorde est un avion de ligne supersonique construit par l’association de Sud-Aviation (devenue par la suite l’Aérospatiale) et de la British Aircraft Corporation (devenue ensuite British Aerospace).

La vitesse de croisière du Concorde est de Mach 2,02 à une altitude variant de 16 000 à 18 000 mètres. Il est doté d’une aile delta modifiée et de moteurs à postcombustion développés d’abord pour le bombardier britannique Avro Vulcan[5]. Il est aussi le premier avion civil à être équipé de commandes de vol électriques analogiques.

Les vols commerciaux ont commencé en 1976 et se sont terminés 27 ans plus tard, en 2003. La forte consommation de carburant de l’appareil a rendu non rentable son exploitation. Confiné à des liaisons transatlantiques et exploité par deux compagnies seulement, l’appareil ne fut produit qu’en 20 exemplaires (dont 6 non commerciaux) et fut un échec commercial. Il a été le moteur d’importants développements technologiques et stratégiques, et a eu un fort impact culturel.

C'est l’un des deux seuls avions de ligne supersoniques à avoir été produits ; le Tupolev Tu-144 soviétique n'ayant effectué de son côté qu'une très brève carrière opérationnelle.

Conception et développement

Planche architecturale du Concorde

À la fin des années 1950[6], des entreprises aéronautiques britannique, française, américaine et soviétique veulent construire le premier avion civil supersonique[7].

Historique

Le français Sud-Aviation et le britannique Bristol Aeroplane Company développent respectivement leurs supersoniques Super-Caravelle et Bristol 223. Ils sont financés par leurs gouvernements respectifs, ceux-ci tenant à contrer la domination aérienne américaine. Dans les années 1960, les deux projets sont déjà bien avancés, mais les énormes coûts de développement des appareils amènent les États à faire collaborer les deux entreprises[8]. Le développement du Concorde est donc plus un accord international franco-britannique qu’un accord commercial entre les constructeurs. Le traité de coopération, dont les discussions ont duré environ un an, est signé le 29 novembre 1962[8]. British Aircraft Corporation (BAC) et Sud Aviation se partagèrent les coûts de l’appareil, Bristol Aero Engines (racheté par Rolls-Royce en 1966) et Snecma font de même pour développer le turboréacteur dérivé du Bristol Olympus référence 593. Les Britanniques voulaient un modèle long-courrier (transatlantique) alors que les Français voulaient un moyen-courrier.

Le 13 janvier 1963, le président français Charles de Gaulle suggère que l’avion soit baptisé « Concorde » et le 24 octobre, une première maquette grandeur nature du « Concord » sans « e » est présentée ; une polémique s'ensuit sur le nom de l'avion. Le 25 novembre 1964, suite aux élections générales britanniques du 15 octobre qui conduisent à la victoire du parti travailliste, le Royaume-Uni se retire du projet mais fait volte-face deux mois plus tard. En l’absence de toute étude de marché, le consortium a estimé un montant de commandes de plus de cent avions, passé par les principales compagnies aériennes de l’époque.

 

Please go to Wikipedia, if you want any further "English" information

Thanks Wikipedia!


Box art:

Click on each image for a closer look

Web site contents Copyright Eastern Suburbs Scale Modelling Club 2013, All rights reserved.